Applications industrielles de l’Internet des objets : nouveaux usages et nouveaux services

Comme mentionné dans le précédent article Internet des objets, la nouvelle frontière ?les business models changent avec l’avènement de l’IoT (Internet des objets), et de nouveaux services peuvent être proposés par les industriels : surveillance à distance, maintenance prédictive de l’équipement, traçabilité etc…

Dans le cadre des applications industrielles, la connexion des équipements à Internet a un sens à condition de répondre à un besoin du client et/ou de l’industriel et/ou de ses intermédiaires (installateurs, revendeurs…).

Les avantages apportés par une telle connexion peuvent être multiples :

  • réduction de coûts (support à distance, maintenance prédictive…)
  • amélioration du service rendu au client ou à l’intermédiaire
  • une différentiation vis à vis des concurrents par des nouveaux services à valeur ajoutée
  • une meilleure compréhension des usages par le client afin de mieux faire évoluer et correspondre son offre

Quelques exemples concrets d’applications

SIGFOX présente sur son site web des utilisations de la connexion à son réseau faites par des clients industriels, et nous en mettons deux en exergue ici :

Silicon Controls (Australie) intègre la connectivité SIGFOX dans sa nouvelle génération de systèmes de surveillance de citernes de gaz.

Les avantages annoncés sont une maintenance moins coûteuse, grâce à une réduction significative des coûts du matériel, de la consommation énergétique et de la connectivité.

Au final, les distributeurs de gaz peuvent proposer des services à valeur ajoutée comme la garantie d’approvisionnement continu en gaz.

Water-link, la compagnie intégrale des eaux du Grand Anvers (Belgique) teste sur une phase pilote l’intégration de la connexion SIGFOX à ses compteurs d’eau intelligents.

Les avantages avancés sont là aussi multiples, comme par exemple :

  • Plus de confort : le client ne doit plus transmettre le relevé du compteur et ne doit plus être présent lors de l’ouverture de l’arrivée d’eau
  • Détection plus rapide des fuites et des risques de gel, et possibilité de couper à distance l’arrivée d’eau en cas de risques
  • Suivi précis de la consommation d’eau et facturation en temps réel

Anticiper les changements à venir au lieu de subir

Vous avez sans doute déjà entendu parler de Uber et de l’ubérisation de l’économie. Si ce n’est pas le cas, la lecture de l’article ci-contre d’Olivier Margerand, CEO de Digital Collab est fortement recommandée.

Uber a pu déployer son service disruptif grâce à deux briques technologiques essentielles :

  • la géolocalisation en permanence par GPS des véhicules qui proposent le service
  • la généralisation de l’Internet mobile et de l’usage des smartphones

Pour résumer ce qu’est l’ubérisation de l’économie :

L’ubérisation est l’adoption du business model qui consiste à mettre des ressources directement à disposition des clients à la demande (c’est-à-dire à tout moment et sans délai) depuis leurs smartphones.

Si vous ne croyez pas que votre métier puisse être uberisé, vous allez vous faire surprendre par des acteurs qui ne sont pas des historiques de votre métier. Ces gens voient d’autant mieux le potentiel d’ubérisation qu’ils ne sont pas prisonniers de votre modèle. Ces gens existent déjà. Et ils ont peut-être déjà uberisé votre activité mais vous ne le savez pas encore.

Et c’est bien la grande question que pose Uber à votre entreprise ou collectivité : celle de la culture digitale. Les fondateurs d’Uber ne viennent pas du monde du transport. C’est pour ça qu’ils étaient en capacité d’inventer un modèle. Un modèle qui tire astucieusement parti d’Internet et contraste fortement avec un métier dont l’organisation date encore largement d’avant Internet.

Olivier Margerand – CEO de Digital Collab

Transformer la menace en opportunité

Ce qui est nouveau et qui risque d’amplifier la menace d’ubérisation de l’économie à de nombreux services, c’est la percée incessante de l’Internet des objet : ce qui a été possible avec la géolocalisation des voitures par GPS va pouvoir s’envisager avec bien d’autres services.

C’est par exemple ce que montre le très bon article publié par Yann Thomas, Directeur Marketing de Silex Labs dans le magazine web Aruco :

L’industrie traditionnelle du parking (les Vinci Park et autres) risque de se retrouver concurrencée à terme par des nouveaux acteurs venant du monde numérique. La disponibilité ou non de la place de parking peut facilement être une donnée remontée par un capteur du monde de l’Internet des objets.

Face à cette menace, deux attitudes sont possibles : attendre la vague et la prendre de plein fouet, ou anticiper et transformer cette menace en opportunité.

Deux points font que cette opportunité de l’Internet des objets est particulièrement intéressante pour des acteurs français :

  • la France est en pointe sur ce sujet, et des solutions sont déjà opérationnelles
  • Ce qui est nouveau avec l’arrivée de l’Internet des objets, c’est que la facilité de déploiement à l’international – auparavant plutôt réservée aux applications Internet – est désormais accessible aux créateurs de hardware.

Passer d’un monde de produits à un monde de services

Un enjeu fondamental de l’internet des objets est celui des données qui sont et vont être produites. Tous les capteurs vont générer encore plus de données disponibles et il va falloir leur donner du sens, les analyser, les transformer en conséquences utilisateurs etc.

D’une certaine façon, au delà des objets, des services, ce qui nous intéresse à la fin, c’est l’utilisation que nous allons faire de ces données. C’est tout le paradoxe que je conseille aux entrepreneurs qui veulent se lancer dans ce magnifique monde des objets connectées: oubliez les objets, travaillez vos services autour des données.

Ludovic Le Moan, CEO de SIGFOX, en préface du très bon IoT Book